18 C
Paris
17 septembre 2019
Actu Autres

Les accès Wi-Fi publics vous espionnent-ils ?

Un billet de blog publié sur Medium il y a quelques jours dévoile que de nombreuses données personnelles seraient exploitées par les points d’accès en libre-service.

Lorsqu’on voyage et que l’on a besoin de travailler ou tout simplement envie de regarder une bonne série, trouver un réseau Wi-Fi peut vite devenir fastidieux. Heureusement, depuis quelques années maintenant, les hotspots publics et gratuits se multiplient aux quatre coins du globe : dans les gares, les aéroports, les restaurants, les parcs, les hôtels…

Mais cette aubaine pourrait bien cacher un véritable business de revente de data. En effet, en tablant sur un besoin d’être connecté de plus en plus primordial, les fournisseurs d’accès à Internet impliqués dans ces services récolteraient nos informations privées à très grande échelle.

Le principe

Lorsque vous voulez vous connecter à un Wi-Fi public, le processus est souvent le même : une page s’ouvre automatiquement dans un navigateur, vous demande vos coordonnées puis débloque l’accès au web. Les champs requis sont plus ou moins nombreux en fonction du FAI : si des fois il ne faut remplir que l’adresse e-mail, certains sites demandent jusqu’au numéro de téléphone ou propose le login via un réseau social.

La suite est simple : le deal consiste ensuite à transmettre les données personnelles récoltées au commerce qui a installé l’émetteur dans son local. Ainsi, les magasins peuvent par exemple faire du retargeting auprès de leurs visiteurs. C’est d’ailleurs une astuce de growth hacking bien connue des entrepreneurs, portée à l’écran dans Silicon Valley.

D’autres services concernés

Aux États-Unis, il existe de nombreuses bornes permettant aux nomades de recharger leurs appareils mobiles. Celles-ci collectent aussi des données de contact. ChargeItSpot, par exemple, affiche clairement sa proposition de valeur sur son site en précisant pouvoir faire croître les ventes de ses clients.

Mais ce problème de confidentialité va en réalité bien plus loin. L’entreprise LinkNYC, par exemple, se connecte aux caméras des boutiques où sont installés ses chargeurs pour enregistrer une vidéo de chaque utilisateur. Quand on connaît la puissance de certains systèmes de reconnaissance faciale comme Amazon Rekognition, on est en droit de se poser des questions…

Related posts

Une unité de cybercriminalité en Bulgarie arrête un homme pour avoir géré des dizaines de sites de pirates

mr robot

La ville de Baltimore prise en otage par des cybercriminels

chrn0s

Une « attaque électromagnétique » déclenche une panne d’électricité massive au Venezuela

mr robot

Laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepté Lire la suite

Politique de confidentialité et cookies