18 C
Paris
17 septembre 2019
Actu Autres

ISRAËL OUVRE LE MARCHÉ DES CYBERARMES. TOUTE PERSONNE AVEC $$$ PEUT FACILEMENT ACHETER DES CYBER-ARMES

La cyberguerre pourrait ne plus être un terrain exploré par les États nationaux. Selon des spécialistes de l’ audit système , le gouvernement israélien a décidé de faire preuve de plus de souplesse dans l’exportation de cyberarmes de grande capacité, quelles que soient les conséquences de cette décision sur ses alliés et ses adversaires.

Cela découle d’un changement dans les règles du ministère de la Défense, de sorte que toute entreprise pourra désormais obtenir une licence pour la commercialisation de certains outils informatiques sophistiqués dans certains pays.

Israël est l’un des pays les plus importants dans le domaine des logiciels d’exportation d’armes et de défense, qu’il vend à de nombreux États-nations alliés. Cependant, les experts en audit de système indiquent que la politique de vente de ces développements va changer le paradigme de la cyberguerre .  

Pour commencer, les changements dans l’industrie accéléreraient les processus d’approbation pour la vente de cyber-armes, telles que les logiciels espions ( spyware) ou les programmes malveillants d’interruption, entre autres outils. Le ministère israélien de la Défense a déclaré que le changement de règlement « visait à fournir un service efficace aux industries israéliennes tout en maintenant et en protégeant les normes internationales de contrôle et de surveillance des exportations ».

Le ministère a également indiqué qu’une dérogation concernant une licence de mise en marché n’était accordée que «sous certaines conditions liées à l’autorisation de sécurité du produit et à l’évaluation du pays dans lequel le produit sera commercialisé». Les entreprises devaient toujours détenir une licence d’exportation. Le gouvernement israélien et les entreprises ont refusé de préciser quels États figurent parmi ceux intéressés par ces outils.

En outre, le Ministère de l’économie israélien, principalement chargé de promouvoir la croissance économique et les exportations, crée une division chargée de gérer les exportations de cyber-développements utiles aux opérations de cyberguerre.

Les spécialistes de l’audit des systèmes mentionnent que l’évolution dans le domaine de la cyberguerre repose essentiellement sur les intérêts de pays tels que les États-Unis, la Russie, la Chine et, bien sûr, Israël. La différence avec la décision du ministère israélien de la Défense est que le marché pourrait désormais s’étendre à des institutions privées ou, au pire, à des groupes de pirates informatiques malveillants, faisant de la cyberguerre un scénario auquel pratiquement n’importe qui serait exposé.

Il convient de mentionner que certaines sociétés israéliennes, telles que NSO Group, Verint et Elbit Systems, sont des leaders mondiaux sur le marché des outils de cyberguerre. Les principaux développements de ces sociétés sont les logiciels espions, qui exploitent les vulnérabilités des appareils mobiles pour espionner les appels, les messages texte et d’autres données. Sans surprise, certaines organisations civiles de défense de la vie privée considèrent que le gouvernement israélien commet une grave erreur en supprimant les restrictions sur la vente d’armes cybernétiques. Amnesty International, par exemple, affirme que l’élimination de mesures strictes pour la vente de ces outils «constitue un abus des droits fondamentaux de millions de personnes dans le monde», déclarent des spécialistes en audit système de l’Institut international de la cybersécurité (IICS). )

Related posts

Brave Browser taquine Chrome, Edge et Firefox dans une nouvelle annonce relative à la confidentialité

chrn0s

Google et Facebook pourraient bientôt indiquer combien valent vos données

mr robot

Le FBI a publié la clé de décryptage principale pour toutes les versions de GandCrab Ransomware

mr robot

Laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepté Lire la suite

Politique de confidentialité et cookies